Angers, Aménagement des places de l’Académie et Kennedy et de leurs abords – en cours

ENVIRONNEMENT LUMIÈRE EXTÉRIEURE

Contexte du projet  : 
La ville d’Angers souhaite aujourd’hui, via la requalification des espaces publics améliorer la qualité de découverte et d’usage de la ville et favoriser les projets durables. 
L’attention du projet est porté sur le secteur des Places Académie et Kennedy, ainsi que de leurs abords. Une mission qui a pour objectif d’intervenir en entrée de ville historique et au contact direct du Château d’Angers.

Enjeux nocturnes : 
Pour aborder la notion d’ambiance nocturne, il faut distinguer deux types d’éclairage :
• Fonctionnel : assurer la sécurité et le confort des usagers
(guider et diriger les flux et les parcours la nuit)
• Scénographique : la narration et la création d’ambiances par la lumière
(hiérarchiser, narrer et poétiser le site et l’architecture)

Les enjeux : 

• Révéler et hiérarchiser la présence du patrimoine bâti
• Créer du lien nocturne entre les deux places Académie et Kennedy
• Tirer parti de la topographie du site
• Étudier les solutions d’éclairage éco-responsable et autonome en énergie.
•  S’inscrire dans une volonté de respect du ciel nocturne/ S’inscrire dans la transition écologique

Localisation : Angers – France
Coût de réalisation lumière :  à confirmer
Maîtrise d’ouvrage : Ville d’Angers – Angers Loire Métropole 
Maîtrise d’œuvre : Paysagistes : ATELIER JACQUELINE OSTY & ASSOCIÉS – Architectes : HERAULT ARNOD – BET : ARTELIA – Concertation :  SCOPIC
Avancement : Phase Diagnostic 

La gare de Saint-Nazaire, le clair-obscur

Accès Nord de la gare SNCF, Saint-Nazaire, 2015/2019

La présence des prairies humides du parc naturel de Brière, à proximité de la gare est l’étalon du noir à respecter.

Slider image
Slider image

La rue Matisse fait le lien entre le parc naturel et une voie piétonne /cyclable.
De nuit la rue se retrouve éclairée à seulement 3 lux moyen pour éviter toute nuisance lumineuse.

© Noctiluca
© Jean-Baptiste Guerlesquin

Introduire de la nuance et de la sensibilité 

Dans ce cadre naturel, nous nous sommes interrogés sur la nécessité d’éclairer la voirie limitrophe au nord : dans la mesure où les voitures sont déjà équipées de leur propre lumière : alors pourquoi éclairer les voiries ? Pour la sécurité des piétons, il semble plus approprié d’éclairer les trottoirs.

Respecter la biodiversité

Une intégration de sources LED de 13 W, avec une température de
3 500 K sur les voies d’accès en full light, passant à 2 200 K en mode veille (presque ambrée) afin de ne pas déranger la faune et la flore.
Le respect de la trame noire et donc de la biodiversité passe à travers la concentration des flux lumineux en direction des zones piétonnes et cyclables. Aussi, grâce à des détecteurs de mouvement installés dans les mâts, le parvis Nord de la gare n’est éclairé qu’en présence de piétons ou de voitures. Au passage d’un piéton ou d’un cycliste, l’éclairage dure 10 minutes, avec un full light de 3 lux moyen, ce qui est très peu mais suffisant. Le revêtement en béton désactivé, de couleur clair et qui reflète bien la lumière, nous a permis d’abaisser l’intensité des flux… Pour une lumière raisonnée il faut savoir tirer profit des éléments qui composent le paysage.

Voir le projet

La Pépite, un hommage au soleil

La Pépite, Mons-en-Barœul – France,  2018

Cette mise en lumière est un hommage au soleil grâce aux ondes lumineuses qui évoluent lentement sur la soirée, mais aussi un hommage à la géométrie du vide avec les variations de lumière qui retranscrivent l’ensoleillement. Elle est également un hommage à la nuit par les ondes lumineuses qui disparaissent graduellement pour laisser place au ciel nocturne.

Slider image
Slider image
Slider image

Une approche environnementale et autonome

Les deux façades traitées (sud et ouest) étaient les plus visibles dans l’espace urbain et les plus exposées. Mettre en lumière une façade abritant des logements, c’est prêter attention aux nuisances lumineuses afin de sauvegarder le sommeil et de respecter le rythme de vie des personnes y habitant. De plus, aucun réseau électrique n’avait été prévu. La solution autonome 100% solaire est une évidence.

L’idée était qu’il y ait une vie sur cette mise en lumière et qu’elle soit plus de l’ordre de la finesse du soleil. Les variations de lumière programmées pour cette mise en lumière sont naturelles et ont été pensées de manière à reproduire la nature, sa lenteur et son calme dans sa progression.

Dans la programmation, on passe donc d’un blanc chaud à un blanc plus froid sur des temps très, très longs. La programmation se fait par Bluetooth, la Pépite est éclairée 6h en hiver et 3h en été. Un éclairage intelligent permettant la variation de l’intensité lumineuse selon l’environnement, la latitude, les saisons et conditions météorologiques.

Voir le projet

MANIFESTE POUR UNE FRUGALITÉ HEUREUSE & CRÉATIVE

Le bâtiment et l’aménagement des territoires, connaissent de grands bouleversements face aux changements climatiques, environnementaux, énergétique et sociétaux.

Le manifeste pour une frugalité heureuse est une initiative par l’architecte Dominique Gauzin Muller, l’architecte-urbaniste Philippe Madec et l’ingénieur Alain Bornarel.

Ce manifeste ouvre les chemins de la frugalité, alternatifs aux visions technicistes, productivistes, gaspilleuses en énergie et en ressources de toutes sortes.

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Consulter le manifeste (pdf)

Des prismes de verre lumineux

 Le ciel lumineux et changeant de Saint-Nazaire évoqué par des prismes

Gare Saint-Nazaire avenue Willy Brandt

Des prismes de verre, de 15 x 15 x 3 cm, coulés d’un seul tenant par un artisan verrier (Atelier Gamil) et directement intégrés dans la matrice du béton.
Ils ont pour objectif d’évoquer le ciel lumineux et changeant de Saint-Nazaire.
De jour, ils jouent avec la décomposition chromatique, la nuit, ils accompagnent les cheminements des piétons d’un mouvement
lent en teintes variées de blanc.

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Le verre est plein et parsemé de petites bulles, accentuant ainsi la dispersion de la lumière. Les prismes sont éclairés à l’aide de fibres optiques (3 générateurs LED de 30 W de chez Luxeri). En circulant le long de l’avenue Willy Brandt et en résonnance avec les luminaires, l’effet est garanti.

voir le projet